Observatoire de l’épargne AMF : les Français intolérants au risque ?

Le 18/07/2017 à 14h21


 

 

 

Aversion au risque, difficulté à se projeter à long terme, crises boursières successives... Les raisons sont nombreuses pour expliquer la faible détention d’actions des Français au regard de leurs besoins de prévoyance à long terme (retraite, dépendance...). Pour mieux comprendre les freins psychologiques à l’œuvre, l’AMF a mené des entretiens auprès de 18 épargnants âgés de 30 à 45 ans. Les conclusions de cette étude qualitative sont instructives. Les réticences identifiées sont profondément ancrées dans l’esprit des épargnants. La première croyance est que les placements en actions constituent une épargne bloquée, réservée aux plus aisés qui disposent d’un capital élevé à investir, et aux initiés. Ensuite, vient l’idée que le bénéfice d’un investissement en actions, très lointain, est très aléatoire et conditionné à d’importants sacrifices (en termes de pouvoir d’achat et de temps passé).


Document associ: 1500380610_3.pdf

Retour
Création graphique : www.sgc-creations.com Création technique : Oceanet Agence Web Partenaires